Les contes sont comme les mythes. Ils sont là pour nous parler de nous-même, à travers une histoire au thème universel. Peau d’âne en est un. Jacques Demy s’est emparé de cette histoire en 1970. Le film qu’il a réalisé avec Catherine Deneuve et Jacques Perrin en têtes d’affiche est assez fidèle à la version la plus populaire qui revient à Charles Perrault qui la publie en 1695.

Un conte qui parle d’inceste

Le film pourrait avoir un côté un peu poussiéreux et un peu kitch, mais le propos est lui complètement d’actualité. En effet, il s’agit d’une jeune princesse qui doit fuir son royaume afin d’échapper au mariage imposé avec son propre père, lui-même ayant perdu son épouse. C’est donc bien du thème de l’inceste dont s’empare ce conte. On pourrait se contenter de prendre pour argent comptant cette direction du récit et analyser ce conte sous la lumière de l’interdit dont le père semble vouloir s’affranchir en épousant sa fille. La charmante princesse, aidée par sa marraine la fée (son inconscient ? ), demande alors au père de lui offrir des cadeaux qui sembleraient pour n’importe qui impossibles à offrir, à savoir, tout d’abord une robe couleur du temps, puis couleur de la lune puis enfin couleur du soleil.

Le père parvient, par magie certainement, à lui offrir tout ce que sa fille désire. En lui demandant toujours plus, elle entretient l’espoir du père. La condition pour qu’elle dise oui, est qu’il réalise ses désirs. Il se dit alors que si elle entre dans ce jeu, c’est qu’elle est consentante. En entretenant cette ambiguïté, la fille permet au père d’entretenir cette relation qui, avant même qu’elle ne devienne incestueuse, est pour le moins incestuelle. En même temps, la jeune femme semble être prise dans ce conflit de loyauté envers ce père qu’elle ne saurait détester. Le sacrifice de cet âne magique en tant que geste symbolique aurait dû suffire au père à se rendre compte, qu’il ne faut pas céder sur son désir, car sinon, l’objet du désir s’efface. Ne reste alors plus que la frustration.

De plus, en demandant la peau de l’âne, elle exige de son père ce geste “castrateur” (comme le nomme Sigmund Freud dans sa théorie du complexe d’Œdipe), de tuer l’âne. Tuer l’âne est une façon élégante de demander au père de cesser ses âneries, pour ne pas dire ses conn..ies ! En posant cet interdit de l’inceste à sa fille, il lui aurait permis alors de devenir à son tour une femme. Le roi ayant déposé la peau de la pauvre bête au pied du lit de sa fille, celle-ci doit se résigner à quitter le royaume, afin d’échapper à son funeste destin.

Quelle étrange histoire ! Et que vient faire cette peau d’âne sur les épaules de cette magnifique princesse ? L’aventure est à peine lancée que subsistent beaucoup de questions.

Le début de cette histoire interroge sur les motivations de ce père incestueux. Pour quelle raison voudrait-il bien vouloir épouser sa propre fille ? Pour ma part, je pense qu’il ne s’agit pas uniquement d’inceste dans cette histoire et je vais tenter de le montrer.

L’être et son devenir

Revenons sur les trois robes que la jeune princesse réclame à son père. Couleur du temps, couleur de la lune et couleur du soleil. Ces trois symboles font référence à l’homme et sa dimension spirituelle.

La couleur du temps évoque cette notion de finitude, d’un chemin de vie que nous avons à traverser en étant relié au Divin et à la Terre, mais aussi notre capacité à nous élever vers une dimension intellectuelle et spirituelle. Elle représente l’abstraction, notre capacité à retrouver le Divin en nous et autour de nous.

La couleur de la lune représente notre lien à la Terre, à l’émotionnel, mais aussi ce lien à l’Avoir comme le précise Annick De Souzenelle. Elle parle de l’avoir, dans le sens de la connaissance.

“Par ses sens, il l’appréhende; puis par le développement de son intellect qui prolonge ses sens; il étudie dans une plus grande profondeur, inventoriant ainsi ses éléments à travers le temps et l’espace. (…) Il acquiert peu à peu son équilibre psychique. ”

Annick De Souzenelle dans Le Symbolisme du corps humain, Albin Michel – p.71

Par ailleurs la Lune, on le sait est relié au féminin, à la Mère. Tant que l’enfant reste figé dans la mère, il ne peut s’épanouir. C’est pourquoi il lui faut accéder au masculin, l’image du Père.

La robe couleur du soleil représente cette deuxième étape, cette renaissance. La puberté est en quelque sorte une nouvelle naissance; une naissance à soi-même. A ce niveau de conscience de lui-même, l’Homme n’existe plus, il est. Mais c’est comme le souligne Annick de Souzennelle, le temps des épreuves. C’est d’ailleurs vêtue de cette robe que la princesse s’échappe du palais royal. Son objectif est désormais d’être ce qu’elle est réellement, à savoir une femme libre, qui ne se contente plus d’obéir aux désirs de son père, mais de se réaliser par elle même.
Je me suis questionné sur l’ordre des demandes des robes. Pourquoi d’abord le temps, puis la lune et le soleil. Je crois que l’ordre est tout à fait justifié. On ne peut pas accéder à ce Divin en nous sans avoir éprouvé le corps que nous habitons (la lune) et sans avoir existé par nous-même (le soleil).

Mais alors, pourquoi demander la peau de l’âne, si la troisième robe symbolisait ce retour de l’être pensant par lui-même ? Tuer l’âne est symbolique également. Renaître à soi-même, c’est se dépouiller du superflu. C’est renoncer aux richesses terrestres pour mieux découvrir ses richesses intérieures. Mais c’est en même temps décider de tuer symboliquement cette jeune femme qu’elle était, pour ainsi devenir la femme en devenir. Tuer l’âne est un geste de castration qui permet de libérer la fille des instincts du père tout en retrouvant ses propres instincts. C’est d’ailleurs pour cela qu’elle se recouvre de la peau de bête.

Elle ne fait plus seulement qu’exister, elle est. Paradoxalement, être enfin elle-même va pouvoir lui permettre d’entrer dans l’expérience de son ontologie, comme l’explique Annick de Souzenelle.

Matthieu Le Tousse - Praticien en Rêve Eveillé Libr e à Trélazé, près d'Angers

Matthieu Le Tousse – Praticien en Rêve Eveillé Libre à Trélazé, près d’Angers

Thérapeute spécialisé dans l'analyse des rêves, j'aide ceux qui le souhaitent, à retrouver l'estime d'eux-mêmes, sortir de la dépression, ou encore vaincre une phobie ou des angoisses.

Ceci pourrait également vous intéresser.