« Je ne suis pas ancrée, suis-je normale ? »

ancrage
Publié le 20 juillet 2020
Article écrit par Matthieu Le Tousse

Article écrit par Matthieu Le Tousse

Thérapeute spécialisé dans l'analyse des rêves, j'aide ceux qui le souhaitent, à retrouver l'estime d'eux-même, sortir de la dépression, ou encore vaincre une phobie ou des angoisses.

L’idée de cet article m’est venu de l’une de mes consultations. Je suivais une jeune femme que nous appellerons Aude, afin de préserver son anonymat. Aude voulait partir à la rencontre de son enfant intérieur et je la questionnais sur cette envie. Il y avait comme une force intérieure qui la poussait dans ce sens. Je l’invitais à venir rêver et de rêves en rêves, la jeune femme s’est mise à sentir son corps s’élever, ou plutôt son esprit. Il y a beaucoup de blanc dans ses rêves, une colombe, une lumière rayonnante mais pas éblouissante. Dans son rêve, elle se mettait à rire, comme à la fois surprise et heureuse de cette expérience qu’elle était en train de vivre. Le premier rêve a été comme un électrochoc, pour elle, comme si elle se remettait en vie. Ce fut une expérience incroyable, pour elle comme pour moi.

Qu’est-ce que l’ancrage ?

L’ancrage est ce qui nous relie à la Terre, notre Mère commune. C’est d’un point de vue spirituel la façon dont nous sommes incarnés, le fait que nous soyons faits de chair et d’os, que nous respirions de l’air dans nos poumons, le fait que nous ayons une pulsion de vie qui nous maintienne éveillé dans ce monde fait d’expériences et de sensations. Les personnes ancrées, ont conscience d’où elles viennent, elles n’ont pas peur de la réalité. Elles ont suffisamment confiance en elles pour pouvoir aimer l’autre. Elles n’ont pas peur du regard de l’autre et ne rejettent pas systématiquement leurs désirs. Elles ont conscience de leur corps et de ce qui les entoure.

Tout le monde est-il ancré de la même manière ?

Il y a des gens que l’on croise, comme ça, dans la rue et qui semblent absents, comme suspendus à un fil invisible, qui les relie par la tête au ciel. Mais si l’on coupait le fil, ils s’écrouleraient face contre terre, car ils ne pourraient pas se retenir, tellement ils ne semblent pas avoir les pieds sur Terre. Au fil de mes lectures, je vois souvent des articles qui expliquent qu’il serait primordial d’être enraciné, de faire corps avec la Terre, d’être dans le concret. Mais comment être enraciné, lorsque l’on vient du marécage, lorsque notre histoire de vie ne nous incite pas à garder les pieds sur terres, mais plutôt à nous élever pour aller chercher là-haut, un peu de réconfort ?

Je ne suis pas d’accord, non plus, avec ceux qui prétendent que l’on peut être relié au ciel uniquement. Je crois que c’est une utopie. Je pense que ces personnes préfèrent rester dans cet état extatique qui leur convient, certes, mais qui ne leur permet pas de vivre en tant qu’Homme parmi les Hommes. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que les religieux vivent retirés du monde.

La spiritualité peut nous aider à nous retrouver

Chacun d’entre nous a une part de spiritualité en lui qu’il décide ou non d’exprimer. Pour certains, cela passe par l’appel de la religion. Pour d’autres, L’Univers serait un grand Tout, créateur de notre monde. D’autres encore ne se posent pas toutes ces questions. D’ailleurs, ne dit-on pas de certains qu’ils sont trop terre à terre ? En revanche, il peut être bénéfique, à un moment de sa vie, d’être attiré par une sorte d’appel des hauteurs, de vouloir expérimenter cette sorte de béatitude qui permet d’oublier ses propres souffrances. Le mot sublimation, n’est pas péjoratif, il sert à expliquer ce qui se joue dans la psyché de celui/celle qui traverse cet état. C’est un phénomène compensatoire qui permet d’éloigner du conscient des contenus inconscients trop violents pour êtres soutenus.

Parfois, il y a besoin de purifier ce qui a été abîmé, sali, ce qui a été souillé et qui ne sera jamais plus. La blancheur, comme le dit Georges Romey est « une somme, un lieu indéfinissable où les teintes du spectre meurent en fusionnant, où les formes disparaissent dans l’indifférence, où les mouvements ralentissent jusqu’à se perdre dans l’éternité. Considéré comme origine, le blanc est l’unité créatrice, la lumière qui contient tout. Dans la perspective d’un accomplissement il est l’unité mortelle ! » La lumière est à la fois aveuglante et réconfortante. Souvent, cette sensation, durant un Rêve Eveillé Libre, est accompagnée d’une sensation de flottement voir même l’impression de sortir de son corps. Cela peut être également une phase importante où, comme le mentionne Jung dans son oeuvre, l’âme prend conscience d’elle-même. Peut-être une première phase avant de s’incarner réellement et enfin pouvoir s’enraciner et entrer pleinement dans la vie.

L’un de ces thèmes pourrait également vous intéresser :

Comment faire de beaux rêves ?

Comment faire de beaux rêves ?

Que de mystères entourent encore nos rêves. Pourtant, grâce à la science nous en savons de plus en plus. A quoi ça sert de rêver ? Que veulent dire nos rêves nocturnes ? Pourquoi les oublie-t-on si souvent ? Autant de questions auxquelles voici quelques réponses. A quoi ça sert...

Le deuil, comment faire pour avancer ?

Le deuil, comment faire pour avancer ?

Les films parlent aussi de la perte de l'être cher. Voici un exemple avec Tous les matins du monde, d'Alain Corneau Il est des films extraordinaires qui nous marquent. Des films que nous ne comprenons pas forcément la première fois que nous les regardons mais qui nous attirent...

Share This